Jamais l’Etat n’a autant soutenu l’Archipel !

Jamais Saint-Pierre-et-Miquelon n’aura été si bien traité que depuis mon entrée au Gouvernement. Faisant suite à la venue du Président de la République, la récente visite du Premier Ministre nous a rappelé l’engagement de l’Etat auprès de l’Archipel.

Quelques jours après la venue du Premier Ministre à Saint-Pierre et Miquelon, je dresse un bilan très positif de sa visite et ses annonces notamment sur ce qui constitue à mes yeux l’avenir de SPM : l’économie bleue.

En effet, lors de sa visite, le Premier Ministre a annoncé :

  • La réalisation d’une mission scientifique IFREMER financée par l’Etat. Cette mission qui débutera en 2017, permettra de dresser un inventaire du potentiel maritime de l’Archipel. Nous avons besoin de savoir très rapidement quelles ressources maritimes pourraient être exploitables pour SPM d’un point de vue économique !
  • Un nouveau fonds de  500.000€ par an sur 4 ans pour structurer le pôle halieutique : c’est donner les moyens aux entreprises locales de développer leurs activités issues des ressources bleues.
  • 7 millions d’euros pour la rénovation et l’embellissement du quai en eaux profondes. Enfin le port de SPM aura un terminal croisière ! Il s’agit de la première phase d’un projet plus ambitieux de hub portuaire, mais aussi la consolidation des bases d’une plateforme aéroportuaire française et européenne en Amérique du Nord.
  • La signature d’un accord franco-québécois sur la coopération maritime, scientifique et économique, qui met l’Archipel au cœur des sujets maritimes.

Avec ces bonnes nouvelles, Saint-Pierre-et-Miquelon se donne les moyens de préparer son avenir. Un avenir tourné vers la mer !

1er Ministre Manuel Valls, 15 octobre 2016, départ de l'île aux marins_Chantal Briand _ Studio Briand_40J2438 copie 1er Ministre Manuel Valls, 15 octobre 2016, Miquelon, à sa droi 1er Ministre Manuel Valls, 15 octobre 2016, salle des fêtes mu 1er Ministre Manuel Valls, 15 octobre 2016, visite à l'île aux marins_Chantal Briand _ Studio Briand_98B2636 copie 1er Ministre Manuel Valls, 15 octobre 2016, visite à l'île aux marins_Chantal Briand _ Studio Briand_98B2678 copie

 

 

 

SPM au cœur de la coopération maritime France-Québec

Aujourd’hui à Québec, les Premiers Ministres français et québécois, Manuel Valls et Jean Couillard ont signé un accord important sur la coopération maritime entre la France et le Québec. Cet accord de Rimouski, que j’ai préparé en amont avec Jean D’Amour, ministre québécois en charge des Affaires maritimes, est une chance pour l’Archipel. A la fois parce qu’il fait de SPM le trait d’union entre la métropole et la Belle Province, et qu’il donne un élan scientifique et économique vers l’économie de la mer que j’appelle de mes vœux depuis de longues années.

CuvUgj0WAAAqFKY

Hier, j’ai eu l’honneur de me rendre à Rimouski accompagnée du ministre délégué aux Affaires maritimes Jean d’Amour, du Secrétaire Général Français de la Mer, du Président du Cluster Maritime Français, et du député de Saint-Pierre-et-Miquelon, pour dessiner les traits de cette future collaboration. Nous avons ainsi pu nous entretenir avec des chercheurs de l’Université du Québec à Rimouski ainsi qu’avec les directeurs scientifiques du réseau Québec maritime. Nous avons également visité le centre de recherche sur les biotechnologies marines.

14691254_1427307217297151_5963331301823494057_o14691909_1427307630630443_8498151650790416858_o14711517_1427307007297172_2984303117916001496_o

En tant que députée de Saint-Pierre-et-Miquelon, mais aussi en tant que secrétaire d’Etat au développement, je me suis toujours battue pour que la stratégie maritime de SPM soit portée au plus haut niveau. L’avenir de l’Archipel en dépend.

La ligne directe en bout de piste !

Pierre Caussade et Jacques Le Guillou, missionnés sur le sujet par le gouvernement français, viennent d’atterrir à Saint-Pierre. C’est un nouveau pas vers une ligne aérienne directe pour l’Archipel !

WP_20161010_15_51_02_Pro[1]

Pourquoi une mission ?   

C’est en 2015, après l’annonce du gouvernement canadien d’imposer l’AVE que l’archipel s’est mobilisé. Pour une population obligée de transiter par le Canada pour se rendre ou sortir de SPM,  cela a été la restriction de trop.

La mise en place d’une ligne aérienne directe est alors apparue comme une nécessité, et une pétition en ce sens a circulé dans l’Archipel. Elle a été signée par 681 habitants de SPM.

Cette doléance adressée au Président de la République a été entendue en plus haut lieu, ainsi que par les ministres et les parlementaires que j’avais fortement sensibilisé à ce sujet. Résultat, juin 2016 : le Gouvernement décide de l’envoi d’une mission.

A quoi ça sert ?

Le but de la mission n’est pas de savoir si une ligne directe entre l’Archipel et la Métropole pourrait être viable économiquement. On sait qu’elle ne le sera pas… au moins dans un premier temps.

L’objectif c’est de faire un audit pour savoir ce qu’il est possible de faire. On ne décrète pas une liaison aérienne sans analyse technique, sans réflexion sur les impacts, sans prise en compte des opportunités que cela ouvre.

La liaison doit-elle être directe ou avec escale ? Quelle escale ? Quelle fréquence ? Quid des liaisons vers le Canada, voire au-delà ? Comment faciliter les évacuations sanitaires ? La liaison directe doit-elle associer du fret ? Faut-il y inclure l’exportation et l’importation de produits frais ? A quel coût ? Dans quelle proportion une ligne directe peut-elle favoriser le développement touristique ? Quelle réorganisation faudra t’il prévoir en tenant compte d’Air Saint-Pierre et des emplois locaux ? L’aéroport peut-il accueillir un vol transatlantique régulier ? Quel type d’avion ? Quelles règles de sécurité ? Faut-il engager des travaux sur la piste ? Quelles sont les entraves à la continuité territoriale suite à la mise en place de l’AVE ? Autant de questions qui nécessitent une analyse technique précise.

L’objectif de cette mission est de répondre à ces questions.

Et après ?

Une fois le rapport rendu, viendront les phases de recherche de financements et de remodelage de la stratégie de développement aéroportuaire.

La route est encore longue mais on entrevoit la lumière derrière les nuages. L’essentiel c’est notre volonté commune : élus locaux, gouvernement, acteurs économiques, citoyens, tous ensemble vers le même cap.

Car l’enjeu est de taille : en plus de simplifier considérablement notre quotidien d’iliens, il en va du développement économique de l’Archipel en tant que plateforme aéroportuaire française et européenne en Amérique du Nord !

 

Visite du Premier Ministre – J-6

Saint-Pierre-et-Miquelon n’a jamais connu la visite d’un Président de la République et d’un Premier Ministre au cours d’un même mandat. Cette nouvelle marque de considération pour l’Outre-Mer en général, y compris pour ses plus petits territoires, illustre le respect du gouvernement pour notre Archipel.

Si ces déplacements interviennent à deux ans d’intervalle, c’est qu’un travail a été réalisé pour apporter des réponses aux défis de notre territoire. Le Président François Hollande l’a redit en décembre 2014 : SPM, c’est une plateforme française en Amérique du Nord, qui a une histoire et un avenir liés à la mer !

Quoi qu’en disent certains, l’engagement de l’Etat pour le développement de SPM est conséquent et indéniable : il s’élève à plus de 11 millions d’euros pour le contrat de développement 2015-2018, auxquels s’ajoutent 1,8 millions pour le projet d’internat, 1 million d’euros de débloqués dans l’urgence pour faire face aux conséquences de l’incendie des ateliers de la mairie de Miquelon, 5 millions pour le développement du câble numérique, 100 000 euros pour l’organisation des festivités du bicentenaire, entre autres choses… Les exemples du soutien de l’Etat ne manquent pas. Alors si le Premier ministre se rend samedi prochain dans l’Archipel, ce n’est pas pour faire du tourisme, c’est bien pour poser une nouvelle pierre à la stratégie maritime de SPM.

Ce développement maritime passe par la recherche, le transport, le renforcement du secteur halieutique, l’entretien et le développement de nos infrastructures, le tourisme, etc. Je sais que c’est sur ce terrain que vous attendez l’Etat. Car vous savez comme moi que notre avenir se joue là.

Alors libre à chacun de prendre des postures politiques et de faire des déclarations à l’emporte-pièce, mais personne ne pourra affirmer le contraire : jamais un gouvernement n’aura autant fait pour notre caillou et je suis heureuse d’y avoir largement contribué !

ITR : Fin de l’injustice pour les accompagnants des EVASAN !

Depuis mon premier mandat de député en 2007, comme l’a fait par la suite Stéphane Claireaux, nous avons été amenés à traiter de nombreuses demandes d’accompagnants de patients en évacuation sanitaire qui perdaient le bénéfice de leur Indemnité Temporaire de Retraite (ITR) à cause du dépassement de la durée d’absence de leur territoire de résidence autorisée. Si nous avons réussi à chaque fois à solutionner les demandes au cas par cas, non sans difficultés, nous avons dans le même temps interpellé les pouvoirs publics, afin de trouver une réponse systématique et pérenne à ces situations… malheureusement en vain… jusqu’à maintenant !

Qu’est-ce que l’ITR ? 

L’ITR est l’indexation des retraites prévue pour les agents de la fonction publique d’Etat en Outre-mer, permettant d’ajuster au coût de la vie ultramarine la pension versée.

La règle impose cependant au bénéficiaire qu’il devra perdre le bénéfice de son ITR dès qu’il s’absente plus de 3 mois par an de son territoire d’Outre-Mer de résidence. Si, heureusement, les patients en EVASAN n’avaient pas à subir cette suspension, dans le cas des accompagnants, le flou persistait et entraînait régulièrement des suppressions d’ITR.

Remettons les choses au clair : personne ne part en évacuation sanitaire par choix ou par commodité, et il en est de même pour l’accompagnant qui est envoyé par la CPS ou par le corps médical. Une suspension de l’ITR, c’est une baisse de revenus totalement injustifiable et pénalisante alors que l’accompagnant doit faire face en situation d’EVASAN à des dépenses supplémentaires et imprévues liées à l’éloignement du territoire.

Aussi, dès mon arrivée au gouvernement, j’ai saisi mon collègue Michel Sapin, Ministre de l’économie et des finances, de ce problème d’application de la règle des trois mois. Une instruction a – enfin ! – pu être signée cet été, rappelant clairement les cas de dérogations : désormais, les retraités de la fonction publique de SPM quittant l’Archipel en tant qu’accompagnants conserveront systématiquement et de plein droit leur ITR, quand bien même ils dépasseraient les 3 mois d’absence autorisée de leur territoire outre-mer de résidence.

A votre bon usage :

fichier pdf LettreITR_evacuation_sanitaire

La réussite de Joël HARAN

Nombreux sont les Saint-Pierrais-et-Miquelonnais qui relèvent des défis économiques, sportifs, culturels, personnels avec succès hors de l’archipel, Joël HARAN est l’un d’eux.
Propriétaire d’une Boulangerie-Pâtisserie en Corse depuis plusieurs années, c’est en avril dernier, qu’il se lance avec sa femme à la conquête de la Capitale.
Ce fut un plaisir pour moi de passer chez eux aux « Délices de Notre Dame », au 52 rue Notre Dame des Champs dans le 6ème arrondissement de Paris.
Gourmets parisiens ou visiteurs passez à votre tour leur rendre une petite visite et les soutenir dans leur entreprise.
Bravo et belle continuation !
IMG_3689  IMG_3693
1...34567...195



Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus