Ma Fonction Publique se réinvente (AUSSI) en Outre-Mer !

Après Dijon, Strasbourg, Paris, c’est au tour des territoires ultramarins de réinventer leurs fonctions publiques. J’ai souhaité associer l’île de la Réunion cette semaine puis Saint-Pierre-et-Miquelon dans une dizaine de jours au cycle « Ma Fonction Publique se réinvente », car nos outre-mer sont des terres d’innovation et d’expérimentation entre les trois fonctions publiques et au service des usagers.

Ma FP se reivente Reunionma fp se reinvente reunion 2

8/11 à la Réunion – restitution des travaux avec les agents publics de St-Denis

J’ai lancé en septembre dernier l’initiative « Ma Fonction Publique Se Réinvente » pour permettre aux fonctionnaires d’imaginer par eux-mêmes l’action publique de demain. Ce cycle c’est à la fois des conférences, des immersions d’agents publics dans des territoires innovants et des consultations de fonctionnaires. L’ensemble des travaux sera rendu public au début de l’année 2017.

Les consultations d’agents publics s’articulent autour du numérique et son impact sur l’organisation du travail, du bien-être au travail et de l’innovation managériale.

Pour chacun de ces thèmes, la réflexion est menée par des groupes de 20 à 25 agents volontaires des trois versants de la fonction publique (Etat, Hospitalière, Territoriale) dans des ateliers animés par les services de l’Etat (Direction générale de la fonction publique et Secrétariat général à la modernisation de l’action publique).

L’objectif est d’associer les agents qui sont sur le terrain à la modernisation de la fonction publique. Car concevoir des projets innovants c’est aussi améliorer leur quotidien et celui des usagers.

Un fonds d’un million d’euros sera débloqué dès le 1er janvier 2017 pour rendre opérationnels les projets qui seront retenus.

Les réformes ne peuvent pas venir que d’« en haut » ! Impliquer les agents dans la réflexion sur leur avenir est à la fois un gage de réussite pour les chantiers de la fonction publique de demain et une manière de renforcer l’engagement et le sens de leur travail. Lire la suite de ‘Ma Fonction Publique se réinvente (AUSSI) en Outre-Mer !’

SPM à la Réunion !

A Saint-Denis, très bon moment avec les Saint-Pierrais et Miquelonnais qui habitent la Réunion. Il y en a certains que je retrouve, d’autres plus jeunes que je découvre ! Je suis toujours aussi impressionnée de voir que notre Archipel est décidément représenté partout, même à 13 000 kilomètres de notre caillou !

 

14958172_10154198255728212_1751825506_o 14958219_10154198255518212_1919724791_o 14959028_10154198263598212_1599845470_o 14971547_10154198263708212_95649521_o 15007728_10154198263603212_1887996207_o

A Marseille pour le CIMer

J’étais aujourd’hui à Marseille pour le nouveau Comité Interministériel de la Mer (CIMer), avec le Premier Ministre.

20161104_103547(0)

Le CIMer est chargé de fixer les orientations de l’action gouvernementale dans tous les domaines de l’activité maritime. C’est à travers cette instance que l’Etat apporte son soutien aux porteurs de projets maritimes.

Définir les métiers de la fonction publique liés à la mer.

J’ai annoncé le lancement d’une mission, portée par mon ministère et le ministère de l’environnement, de l’énergie et de la mer, qui a pour objectif de définir les compétences de l’administration de la mer de demain et donc les futurs emplois publics maritimes.

Afin de s’adapter aux besoins du 21ème siècle, il est nécessaire d’évaluer les missions des fonctionnaires maritimes des collectivités territoriale et de l’Etat.

Une fois les futurs métiers définis par cette mission, il sera possible de transformer, en tant que de besoin, les formations initiales et continues des fonctionnaires se préparant puis se consacrant aux métiers de la mer. Et surtout de réfléchir à des formations maritimes dans les outre-mer, car les fonctionnaires ultra-marins exerçant des métiers liés à la mer sont encore trop peu nombreux !

Développement maritime de l’Archipel : le gouvernement tient ses engagements.  

Le CIMer a également reprécisé les contours des annonces faites par le Premier ministre pour soutenir le développement de l’économie maritime de SPM.

En effet, moins de 3 semaines après l’annonce faite par le Premier ministre sur l’Archipel, le CIMer a acté le financement de 6 à 8 millions d’euros pour réhabiliter le quai en eaux profondes et ainsi doter Saint-Pierre-et-Miquelon d’un véritable terminal de croisières. Condition siné qua non du développement touristique de l’Archipel !

La mise en place d’un groupe de travail interministériel piloté par le préfet, épaulé par le ministère de la Mer a été actée. Ce groupe aura pour mission d’organiser et de chiffrer précisément la réalisation des travaux dans les plus brefs délais.

Enfin, Le CIMer a confirmé, pour l’été 2017, la venue de l’Antea : un catamaran de 35 mètres avec à son bord 23 marins et 10 scientifiques. Leur mission : dresser l’inventaire des ressources maritimes et halieutiques de l’Archipel et étudier les opportunités nouvelles !

 

Primaires de la droite : menace sur le fonctionnaire !

Dans quelques jours, les sympathisants de la droite et du centre désigneront leur candidat pour les élections présidentielles de 2017.

A défaut de proposer un projet de société tourné vers l’avenir, les candidats préparent une casse sociale sans précédent : suppression de l’ISF, mise en danger des services publics avec la suppression de 300 000 à 1 000 0000 de fonctionnaires, départ à la retraite à 65 ans et plus, suppression du compte pénibilité, suppression du statut de fonctionnaire et j’en passe…

En tant que ministre de la fonction publique et saint-pierraise et miquelonnaise attachée aux services publics de mon archipel, je m’inquiète d’une droite pour qui la suppression de postes est la seule boussole.

Derrière les boniments c’est la qualité de nos services publics pour la métropole et aussi pour l’outre-Mer qui est en jeu. Comment ne pas désorganiser l’hôpital ? Comment ne pas supprimer purement et simplement la fonction publique territoriale si l’on prône 1 000 0000 de postes en moins ? Comment garantir une école plus juste et soucieuse de réduire les inégalités avec moins d’enseignants ? L’équation est impossible.

La droite prend souvent en exemple nos voisins européens pour dire que la part de nos rémunérations publiques est trop élevée. Mais si l’on prend le temps de regarder dans le détail, on se rend compte que les choses ne sont pas si simples.

Il faut comparer ce qui est comparable.

En Allemagne ou au Royaume-Uni par exemple, qui affichent beaucoup moins d’emplois publics, les agents hospitaliers ou les enseignants ne sont pas considérés comme des fonctionnaires. Les embauches indirectes, plus élevées dans ces pays, ne sont pas non plus comptabilisées, alors qu’elles ont un coût élevé pour le contribuable !

Ce qui importe c’est l’emploi mobilisé pour des missions de service public. Et à ce titre il apparaît que la France n’est pas mieux dotée en ressources humaines que les autres !

D’autre part, en tant que femme de gauche, la logique strictement comptable qu’a choisie la droite n’est pas la mienne. Pour moi, notre modèle social n’est pas qu’un coût. Derrière les chiffres ce sont des femmes et des hommes qui œuvrent quotidiennement à l’intérêt général, qui accompagnent un projet de société, qui nous aident à faire face aux difficultés de la vie. Ce sont des infirmières qui nous soignent dans les hôpitaux, des Atsem ou des agents territoriaux qui aident nos enfants à grandir, d’autres qui entretiennent nos routes, des agents des affaires maritimes, pompiers ou garde-côtes qui assurent notre sécurité, d’autres encore qui répondent à nos appels en cas de détresse…

Entendons-nous bien : je ne dis pas que notre Fonction Publique est parfaite et qu’il ne faut surtout rien changer !

Les défis sont nombreux. De nombreux fonctionnaires vivent dans la précarité. D’autres ont totalement perdu le sens de leur engagement, la faute à des carrières sans horizons et à un management défaillant. La fonction publique tout entière n’est pas épargnée par les discriminations, malgré le sacro-saint concours d’entrée. Et de plus en plus de fonctionnaires, qu’ils soient policiers, enseignants ou personnel de santé, sont confrontés à des actes de violence intolérables de la part d’usagers, conséquences directe d’une défiance vis-à-vis de l’agent public.

Les chantiers que nous avons entrepris pour y répondre prennent du temps et commencent à porter leurs fruits. Nous allons continuer à revaloriser les fonctionnaires et à améliorer l’avancement dans les carrières des fonctionnaires jusqu’en 2020. Nous allons continuer à améliorer l’accompagnement des agents de terrains, sur des questions de laïcité, de formation, de gestion des ressources humaines, de mobilité ou de bien-être au travail. Nous allons continuer à ouvrir la fonction publique à la diversité de la France et de ses outre-mer, en travaillant sur les voies d’accès et de retour, sur l’apprentissage, sur la lutte contre les discriminations. Nous allons continuer à associer les fonctionnaires aux réflexions sur leur avenir à travers « Ma fonction publique se réinvente ».

Et surtout, nous allons continuer à refuser que les fonctionnaires soient systématiquement caricaturés, dévalorisés par le discours ambiant d’une droite qui a choisi la surenchère plutôt que la raison. Nous défendrons jusqu’au bout l’idée que le fonctionnaire incarne la République, sert les Français et garantit notre modèle social.

 

Quelques exemples de ce que propose la droite :

Alain Juppé : suppression de 250.000 à 300.000 fonctionnaires, augmentation du temps de travail

François Fillon : suppression de 600.000 fonctionnaires, passage aux 39H

Jean-François Copé : suppression du statut de la fonction publique

Bruno Le Maire : suppression de 1.000.000 fonctionnaires sur 10 ans

Nicolas Sarkozy : suppression de 300.000 fonctionnaires, passage à 37h

Nathalie Kosciusko-Morizet : suppression du statut de la fonction publique

Jean-Frédéric Poisson : non chiffré

 

 

Plateau continental : Où en est-on ?

Comme vous êtes nombreux à m’avoir sollicitée la semaine dernière sur l’Archipel à ce sujet, voici un point d’étape sur le plateau continental de SPM.

Plateau continental : Quesaco ?

PCT

Le plateau continental, ce sont les fonds marins et le sous-sol compris dans la Zone Economique Exclusive maritime (ZEE) de 200 milles marins (~370 kms) d’un Etat. Dans cette ZEE, l’Etat exerce sa pleine souveraineté. Au-delà des 200 milles marins, la Convention de Montego Bay donne la possibilité aux Etats d’étendre leur plateau continental jusqu’à une limite maximale de 350 milles (~648 kms), s’ils peuvent démontrer scientifiquement que leur territoire terrestre se prolonge sur le fond des océans. C’est l’ONU qui examine les demandes d’extension et rend une décision, par la voix de la Commission des Limites du Plateau Continental (CLPC). Une fois la décision positive rendue, l’Etat a la pleine souveraineté sur un plateau continental sous-marin qui peut couvrir plusieurs milliers de km².

Vers une extension pour SPM ?

Depuis mon premier mandat de députée, je défends le projet d’extension du Plateau continental au large de SPM, afin d’élargir notre souveraineté au-delà de ce qui a été défini en 1992 par le Tribunal Arbitral de New-York.

Débloquer une telle situation prend du temps et nécessite la pleine adhésion de tous. C’est ce que nous avons entrepris :

D’abord au niveau local avec la mise en place d’un collectif composé de personnalités locales, de citoyens et de l’ensemble des élus, tous unis pour porter ce dossier dans l’intérêt d’un développement maritime du territoire. Puis au niveau national : le dossier a été soutenu et défendu auprès des parlementaires et du gouvernement sans relâche durant plusieurs années.

C’est grâce à cette forte mobilisation locale (population et élus) et nationale que nous avons pu lancer l’opération et je vous en remercie!

Quelles sont à ce jour les étapes importantes déjà franchies ?

2009 : Dépôt par la France d’une lettre d’intention sur l’extension de son plateau continental au large de SPM ;

2011 : Mission de recherche scientifique au large de SPM visant à instruire le dossier français, dans le cadre du programme EXTRAPLAC ;

2014 : Dépôt par la France d’un dossier complet à l’ONU revendiquant la souveraineté sur son plateau continental ;

2016 : Le 16 août, présentation du dossier par la France devant l’ensemble de la Commission, au siège de l’ONU à New-York.

Et après : s’entendre avec le Canada ?

Le problème, et non des moindres : les Canadiens revendiquent la même zone que nous ! Tant que ce litige existe, le dossier reste en suspens car la Commission des Limites du Plateau Continental n’a pas vocation à arbitrer entre deux Etats. Deux solutions à ce stade : soit le Canada abandonne ses prétentions territoriales, ce qui paraît peu probable ; soit la France et le Canada se mettent d’accord sur la présentation d’un dossier commun. C’est ce que je souhaite, c’est la volonté de la France, espérons que le Canada partagera également notre vision !

Mais en présentant son dossier en août dernier contre l’avis des Canadiens, la France a avancé ses pions et a envoyé un signal clair : on ne lâchera rien ! Il en va du développement de l’Archipel, de notre souveraineté nationale, de notre fierté !

 

Le père du statut des fonctionnaires honoré par la République

20161025_181341(0)-1

 

Hier soir, j’ai eu l’immense honneur de remettre l’insigne de Commandeur de la Légion d’Honneur à Anicet Le Pors, père fondateur du statut général de la Fonction Publique.

Ancien ministre de la Fonction Publique, Anicet Le Pors est à l’origine d’une fonction publique moderne et solidaire basée sur des principes de justice et d’égalité sociale.

Le service public lui doit beaucoup, car il est l’architecte d’un statut équilibré qui perdure encore aujourd’hui, 70 ans après sa création.

 

IMG_20161025_184731

 

Mon discours :

fichier pdf Discours remise LH Anicet Le Pors

1...34567...196



Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus