Compte rendu du 17/09/07

Au-delà des moments forts qu’ont été la création du Conseil des Elus et les rencontres avec le milieu économique de l’Archipel à Miquelon et à Saint-Pierre, les dernières semaines furent également l’occasion d’approfondir certains dossiers, de poursuivre les rencontres avec les services de l’Etat, les associations, mais aussi les entretiens et rendez-vous avec nos concitoyens.

Agriculture et mission ODEADOM

Deux rencontres à la Direction de l’Agriculture m’ont permis d’échanger avec le directeur et son équipe sur le « Plan d’Action pour la Biodiversité » 2007-2010 et sur le « Projet d’Orientation Stratégique » de la Direction de l’Agriculture et de la Forêt pour 2007-2009.
J’ai également rencontré la mission ODEADOM de passage dans l’Archipel. J’ai profité de  cette occasion pour revendiquer un siège pour les professionnels locaux au conseil d’administration de cet office national. La présence d’un représentant des professionnels des milieux de l’agriculture et de l’aquaculture permettrait de mieux défendre les dossiers de Saint-Pierre et Miquelon et de faire entendre la voix de l’Archipel.

Mission Afd

Une mission de l ‘Agence française de Développement (AfD) était aussi présente fin août pour évaluer l ‘action de l’agence à Saint-Pierre et Miquelon et envisager, avec l’ensemble des partenaires locaux, un travail plus étroit.
Quel soutien l’archipel peut-il véritablement attendre de l’AfD, en matière de développement économique en faveur des acteurs publics et privés ?
Quel appui aux collectivités l’AfD est-elle en mesure de fournir pour permettre leur indispensable restructuration ?
Voilà les deux principaux sujets de la discussion que j’ai voulu avoir avec cette mission.

Aquaculture : le dossier EDC

Le sénateur Denis DETCHEVERRY et moi-même avons participé à une réunion de travail avec la société EDC. L’objectif était de faire le point sur l’état d’avancement du projet, sur sa fragilité économique, sur l’absence de soutiens scientifique et technique et sur les aides à la commercialisation nécessaires. Nous avons mesuré le chemin parcouru, mais aussi les années de prospective encore utiles à la maturité de l’opération, ainsi que les besoins financiers urgents pour sauver l’entreprise.

Pêche : le dossier Interpêche

En 2007 l’Etat décide de prolonger sa convention avec Interpêche et de subventionner la société une année supplémentaire. Débute alors une nouvelle expérience : le traitement d’espèces à bas taux de rentabilité. L’objectif étant de remettre l’entreprise dans le sens de la marche et de passer d’une aide « d’accompagnement social » à une aide « d’accompagnement à la productivité ».
Cette année supplémentaire touche à sa fin et il convient de faire le point sur ce dossier en urgence. Interpêche est un acteur majeur du secteur pêche et les compétences humaines de cette société doivent être préservées car elles sont devenues rares.
Une mission étudie actuellement la filière pêche et aquaculture locale et devrait rendre ses conclusions très vite. Mais on peut légitimement se poser la question de savoir comment peut-on avoir un retour positif basé sur une seule année d’exploitation ? Comment aussi avoir un retour sur investissement en si peu de temps ?
Un premier regret aussi : pourquoi attendre la fin de l’année supplémentaire pour entamer une réflexion sur le devenir de cette convention et de la société ?
S’il est vrai qu’il est nécessaire de totalement restructurer le secteur de la pêche et de l’aquaculture, il est déraisonnable de vouloir le faire en quelques semaines. C’est un travail d’une année, qui doit être mené en concertation avec tous les acteurs de la filière ( armements, marins, usines de traitement, salariés, administrations…). Si chacun est d’accord pour dire que la restructuration est indispensable, peu nombreux sont ceux qui souhaiteront spontanément réorganiser leur propre activité . La médiation et les arbitrages seront inévitables.
Dans ce secteur comme dans bien d’autres, il nous faut reconstruire et repenser notre économie sur de nouvelles bases et de nouveaux rapports entre les acteurs. Ce développement ne sera durable que si nous avons tous le même objectif : l’avenir de la filière en général et plus globalement le développement de l’économie de l’Archipel.
Nous devons localement nous « remonter les manches » ! l’Etat pour sa part doit nous accompagner et nous donner le temps de nous restructurer et de nous organiser. Certes les 15 années passées militent en notre défaveur, mais le contexte est aujourd’hui différent. Nous voulons nous prendre en charge et nous voulons le faire avec l’aide du Gouvernement. Je veux le croire, notamment à la lumière des rencontres que j’ai eu dernièrement avec les professionnels du secteur : les directions des usines de traitement, le syndicat FO, les saisonniers, les marins pêcheurs, les armateurs, l’administration des Affaire Maritimes…

Schéma gérontologique

Le schéma gérontologique est en cours de préparation dans l’Archipel. Afin d’en savoir plus sur les conditions de vie des personnes âgées et connaître les projets de l’association « Restons chez nous », j’ai rencontré la permanente de l’association, Mme Sonia Borotra.

Nous avons entre autres discuté :
- du fonctionnement actuel de l’association ;
- des projets et actions en cours et/ou en préparation ;
- du dossier des auxiliaires de vie qui stagne à Saint-Pierre comme à Miquelon et de la maison de retraite de Miquelon
- du fonctionnement de la maison de retraite de Saint-Pierre après le changement de site de la structure hospitalière. C’est une question qu’il ne faut pas éviter et qu’il faut impérativement se poser dès maintenant.

Transport aérien

L’augmentation de 3% du prix du billet d’avion sur la compagnie Air Saint-Pierre fait suite à une demande (en juillet dernier) de la Direction Générale de l’Aviation Civile, après plus de 6 mois de négociations avec la compagnie locale. J’ai donc demandé et obtenu une entrevue avec la direction d’Air Saint-Pierre, ainsi qu’avec le Directeur de l’Aviation Civile, afin faire le point sur la situation et me faire une idée plus précise du contexte avant d’aller discuter sur la question du transport avec le Gouvernement.

Transport maritime passagers

Avant de quitter l’Archipel pour Paris – afin de participer le 18 Septembre à l’ouverture de la deuxième session exceptionnelle de cette nouvelle législature – j’ai participé à une table ronde sur le transport inter-îles en passagers.
A l’invitation du président du Conseil Territorial, la société SPM Express, leur comptable, les financiers (Banque des Iles et Crédits Saint-Pierrais), les parlementaires et les vice-présidents du Conseil Territorial, ont participé à deux heures de réunion d’information.

Les sujets abordés ont été :

- la situation de la société ;
- l’avenir de l’Atlantic Jet ;
- les handicaps du système ;
- le devenir de la subvention d’Etat de 220.000 euros destinée à aider la liaison Saint-Pierre-Miquelon A/R.

Une autre réunion devra être organisée pour confirmer les pistes de travail et les choix à faire par chacun.

0 Réponses à “Compte rendu du 17/09/07”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




mes questionslibres |
sahara occidental 2007 |
Le Gars de la Royal |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | résistons au sarkozysme
| Jean et Nicolas
| le Rance président