Desserte inter-îles : les 4,3 millions d’euros reviendront à l’Archipel

Une décision récente du tribunal administratif de Saint-Pierre-et-Miquelon donne raison à la collectivité territoriale au sujet de la desserte en fret maritime entre le port de Saint-Pierre et celui de Miquelon-Langlade. Cette desserte inter-îles est une compétence de l’Etat que la collectivité n’avait pas à assumer.

En tant que ministre des Outre-mer, je me suis saisie de ce dossier en priorité et je n’ai pas souhaité faire appel et prolonger la procédure pour plusieurs années encore. Cette décision met donc un terme à cette affaire. La procédure de remboursement va pouvoir se mettre en place, elle sera gérée par le ministère de l’Intérieur, ce qui ne m’empêchera pas de veiller à sa bonne réalisation.
Nous pouvons et nous devons travailler en bonne intelligence pour avancer sur l’essentiel.

Notre seule boussole, à nous responsables politiques, doit être l’intérêt supérieur de l’Archipel.

Choisir un Archipel Gagnant

FullSizeRenderCher(e)s ami(e)s,
Depuis hier après-midi, je suis la ministre des Outre-mer. C’est un honneur et une lourde responsabilité pour moi, mais c’est avant tout une immense fierté pour notre archipel. Accepter cette proposition du Président de la République et du Premier ministre a été une décision extrêmement difficile à prendre. J’ai hésité, consciente que ce choix m’engage…nous engage. Comme vous le savez, et je vous l’avais affirmé en toute honnêteté à plusieurs reprises, je pensais vraiment me consacrer exclusivement à notre archipel après ces trois années passées au gouvernement.Je me suis toujours battue et je continue à me battre pour vous, pour Saint-Pierre et Miquelon, sur le terrain et au sein de la représentation nationale.

Je voulais revenir chez moi et être plus proche de vous et de ma famille, car même si mon lien avec l’Archipel ne s’est jamais distendu, vivre loin de mes proches pendant trois ans n’a pas été toujours évident.

La vie est faite de choix, la vie politique également. Et si j’ai accepté de devenir ministre des Outre-mer, c’est parce que je sais que j’y défendrai les intérêts de nos territoires ultramarins, de Saint-Pierre et Miquelon, de la Réunion, de Mayotte, de la Guyane, des Antilles, de Polynésie Française, de Nouvelle-Calédonie, de Wallis et Futuna.

Être au ministère des Outre-mer c’est déjà être en partie chez moi. C’est déjà être un peu à Saint-Pierre et Miquelon.

J’ai choisi également de maintenir ma candidature aux élections législatives parce que j’ai choisi de me battre pour vous, pour Saint-Pierre et Miquelon, pour l’Outre-mer.

Le Président de la République a indiqué que les ministres candidats quitteraient le gouvernement en cas d’échec.

J’aurais pu ne prendre aucun risque personnel, renoncer à une candidature aux législatives et choisir le confort d’un maroquin.

J’aurais pu tout aussi bien, compte tenu de mes déclarations, refuser ce poste de ministre des Outre-mer. Mais m’aurait-on pardonné de sacrifier une telle opportunité pour l’Archipel ?

Je préfère donc prendre le risque de me présenter à nouveau devant vous, car ce risque en vaut la peine !

Si j’ai été désignée par le Président de la République et le Premier ministre pour devenir ministre des Outre-mer, c’est d’abord parce que j’avais la légitimité d’une élue ultramarine de terrain, d’une députée qui connait ses concitoyens, leurs qualités, leurs difficultés, leurs envies, leurs colères ! C’est aussi parce que je connais parfaitement ce monde ultramarin et maritime, que je porte une vision de la place et du rôle des Outre-mer dans leur bassin maritime et que je me bats pour réussir leur développement économique.

Je m’en remets donc à vous. Je ne peux mener ce formidable combat pour les Outre-mer et pour Saint-Pierre et Miquelon sans la confiance que vous voudrez bien m’accorder.

Depuis l’élection du Président Macron, notre pays vit un profond bouleversement des équilibres politiques. Une dynamique s’est créée, et les vieilles querelles s’effacent petit à petit derrière l’intérêt général, avec le concours d’hommes et de femmes de bonne volonté.

Je souhaite que cet élan nouveau puisse trouver un écho localement et bénéficier à l’Archipel. En tant que ministre des Outre-mer je prends l’engagement de travailler avec toutes les forces politiques du territoire. L’idée n’est pas d’être d’accord sur tout, mais d’avancer ensemble sur l’essentiel.

Unissons nos forces pour l’intérêt supérieur de Saint-Pierre et Miquelon, des Outre-mer et de la France !

Saint-Pierre et Miquelon ne doit pas passer à côté de cette chance historique !

Accord de sécurité sociale bloqué au Québec : Inacceptable pour nos étudiants!

Chers amis,

Je viens d’apprendre qu’une grève des juristes au Québec a retardé la mise en place de l’accord de sécurité sociale que la France et le Québec ont signé l’an dernier.

Après des mois d’interventions de ma part, tout a été fait côté français pour que la mesure soit opérationnelle pour la rentrée prochaine, afin que nos étudiants soient exonérés des frais d’inscription à la RAMQ.

Vous savez l’importance que j’attache à cet accord et à notre jeunesse et je saisis dès aujourd’hui la ministre des affaires étrangères québecoise, Christine St-Pierre, pour qu’un dénouement intervienne dans les meilleurs délais.

Pour la rentrée précédente, la France avait, à ma demande, remboursé les frais des étudiants !

L’administration québécoise nous a assuré que l’accord serait en place avant la fin de l’année scolaire 2016-2017.

Nos étudiants Saint-Pierrais et Miquelonnais n’ont pas à subir les conséquences des blocages de nos voisins !

Comptez sur moi pour vous informer des suites de mes démarches.

Mon courrier à la Ministre des Relations Internationales et de la Francophonie du Québec, Christine Saint-Pierre :

fichier pdf Courrier Christine ST Pierre

signature quebec

Avec Christine Saint-Pierre, en avril 2016, lors de la signature de l’avenant à l’entente franco-québecoise en matière de sécurité sociale

Dernier discours du Président Hollande

Hollande

Chers amis,

François Hollande s’est exprimé ce matin pour l’un de ses derniers discours en tant que Président de la République, à l’occasion de la 12ème Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions.

Je me permets de vous en citer quelques extraits :

« Jamais nous ne pourrons restaurer le monde d’avant l’esclavage, d’avant la traite, c’est Aimé CESAIRE qui le disait, en disant que ce qui s’était passé était irréparable. On n’efface pas le passé, on le dépasse ».

« Nous devons continuer à nous battre contre les divisions qui déchirent les peuples, y compris ici, contre les discours qui jettent les gens les uns contre les autres, contre les intégristes, contre les obscurantistes, contre les communautaristes, il y a encore beaucoup à faire ».

« Depuis plusieurs semaines beaucoup de pays […] avaient les yeux tournés vers la France à l’occasion de l’élection présidentielle. Car ce qui se passe en France a toujours une résonance particulière dans le monde, parce que la France incarne un idéal, un mode de vie, une culture, parce qu’elle porte un message, qui n’est pas différent des autres, mais qui a été porté, peut-être, plus tôt qu’ailleurs, et avec des mots que nous avons inventés, les droits de l’Homme, l’égalité. »

Vous retrouverez l’intégralité de l’intervention du Président ci dessous :

http://www.elysee.fr/videos/discours-lors-de-la-ceremonie-de-commemoration-a-l-occasion-de-la-12eme-journee-nationale-des-memoires-de-la-traite-de-l-esclavage-et-de-leurs-abolitions/

La patrouille de France à SPM !

patrouille-de-france

A l’occasion du centenaire de la Première guerre mondiale, la patrouille de France est en tournée en Amérique du Nord.

Comme chaque territoire de la République, notre Archipel a participé lourdement à l’effort de guerre : près d’une centaine de Saint-Pierrais et Miquelonnais se sont sacrifiés pour la France dans la Marne, en Champagne, à Verdun, dans les Flandres…

A cette occasion, La patrouille de France fera un passage dans l’Archipel aujourd’hui pour rendre hommage aux Saint-Pierrais et aux Miquelonnais morts pour la France.

C’est une véritable marque de considération pour notre « caillou » qui a participé à chaque marche de la Grande Histoire de France.

En lien avec mon homologue de la Défense, Jean Yves le Drian, j’ai obtenu que la patrouille de France puisse faire une halte de ravitaillement chez nous, si le temps le permet. Merci à chacun de leur réserver le meilleur accueil possible.

Bilan de mandature 2012 – 2017

BILAN.DEPUTEAnnick Girardin et Stéphane Claireaux vous présentent leur bilan de mandature de député 2012-2017.

La version papier est actuellement en cours de distribution dans vos boîtes aux lettres.

Venez échanger sur le bilan et évoquer plus en détails ces 5 années d’engagement au service de l’Archipel :

  • Miquelon : Mardi 2 mai à 18h30 à la Salle Entre-nous
  • Saint-Pierre : jeudi 4 mai à 18h30 au local de La Foulée des îles
12345...197



Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus